Les charmes du Sri Lanka

Après avoir publié un article un peu plus sombre sur mes premières observations du Sri Lanka, je m’empresse de vous partager cette fois-ci un autre côté beaucoup plus lumineux avec des scènes quotidiennes qui m’ont séduites.

IMG_2836

Quand je pense au Sri Lanka, je pense au bruit. Un bruit qui fait rire, qui agresse, qui ouvre l’appétit…qui évoque le quotidien. Très tôt le matin, de mon lit j’entendais la même petite musique qui annoncait le passage du marchand de pain en tuk tuk. Musique qui nous reste dans la tête longtemps. J’ai appris plus tard que cette musique était une version de « Fur Elise » de Beethoven.

Dans la rue, on ne peut pas échapper au bruit des tuk tuk qui défilent en klaxonnant pour annoncer leur passage (c’est un code de route, le klaxon signale un dépassement). La conduite est rapide et qualifiée de dangereuse pour certains. Tout le monde dépasse à tout moment et des deux côtés.

J’adore voir les chauffeurs conduire pieds nus, les flip flop à côté des pédales. Je fais la même chose aussitôt assise, j’ai cette habitude de retirer mes flip flop pour ensuite entamer une petite conversation avec le chauffeur à travers le rétroviseur. Le traffic est dense, les distances sont longues, il fait chaud, c’est bruyant et pollué.. mais avec un sympa chauffeur de tuk tuk qui sait où aller la promenade devient plus agréable.

Ahhh l’autobus!
Et que dire des autobus locaux et ceux qui relient les villes. Ils sont décidément les champions sur la route. Au terminal d’autobus sont stationnés des dizaines d’autobus où les hommes annoncent à répétition les arrêts de leur circuit: “Dehiwala, Pepiliyana”, “Dehiwala, Pepiliyana”. Une fois embarquée, une lourde musique à la bollywood joue à l’écran et très vite, on entend le lourd klaxon que le chauffeur utilise constamment puisqu’il dépasse tout le monde sur la route! Les portes restent ouvertes et heureusement les fenêtres le sont aussi. Il fait chaud! Les gens montent à l’arrière et descendent à l’avant sans que l’autobus soit complètement arrêté.

IMG_4047

À bord du bus avec mon backpack VIP:)

Des sièges sont réservés à l’avant pour les moines. L’aide-chauffeur qui criait les arrêts avant le départ se promène maintenant dans l’allée avec une liasse de billets dans la main pour recueillir le prix de passage. Le prix est fixé en fonction de la distance et parfois avec une légère inflation pour le touriste qui ne connaît pas le prix. De quelques centimes à quelques dollars, c’est très économique. Je suis toujours admiratrice de cet aide-chauffeur qui se rappelle de qui vient d’embarquer, qui n’a pas payé et de savoir comment se frayer un chemin à travers les vingtaines de passagers debout dans l’allée pour récolter leur argent. Une expérience intense pour s’imprégner complètement du pouls local pour quelques centimes. Je ne l’ai pas pris souvent à Colombo, mais j’ai voyagé en bus à plusieurs reprises entre les villes. J’avoue que j’aime bien. Il y a aussi des autobus climatisés où vous n’aurez toutefois pas droit à tout ce spectacle!

Formidable train
Mon moyen de transport préféré au Sri Lanka est sans aucun doute le train. Le bruit des vieux wagons sur les rails me fait voyager dans le temps. Les fenêtres et les portes sont ouvertes. On voit toujours pleins d’hommes debout ou assis dans l’embrasure de la porte. Il est facile de se perdre dans ses pensées en regardant le magnifique paysage défilé. Le paysage est parfois en bord de mer, dans les montagnes à travers les plantations de thé ou étonnamment, très près des maisons et restaurants. Des familles sont assises à l’extérieur à regarder le train passer. Des vêtement se font sécher sur le toit de taule de la maison, sur le gazon ou même sur les rails de chemin de fer. Le ciel est bleu, la végétation est luxuriante et il y a beaucoup à regarder.

Vue à faire rêver à bord du train

C’est le vendeur qui crie qu’il a des beignets, des bouteilles d’eau ou de l’ananas tranchés à vendre en circulant à travers les gens dans l’allée qui me ramène à l’instant présent. Sinon, les gens dorment, sont rivés sur leur cellulaire ou certains souhaitent engager une conversation avec moi pour pratiquer leur anglais. Les gens sont polis et prêts à aider. Les stations n’étant pas annoncées à l’avance, il faut s’assurer de regarder le nom de la station quand le train arrive en gare. Encore mieux, je préfère demander à quelqu’un de m’aviser. J’aime voir les gens courir pour embarquer dans le train déjà en marche. De même que les gens marcher sur les rails de train au lieu d’utiliser la route.

IMG_2919

Il n’y a pas de siège réservé avec l’achat d’un billet, excepté en première classe dont les wagons sont climatisés. La première classe est seulement disponible dans quelques trajets vers l’est et les plantations de thé par exemple et peut coûter, selon la distance, entre 5$ et 12$ CAD. La 2e classe offre rarement des sièges réservés. Tout dépend du train. Forte chance que le trajet s’effectue en partie debout dans l’allée en essayant de se placer le plus près possible du ventilateur au plafond! Le billet peut coûter environ 2$ dépendant du trajet. Quant à la 3e classe, elle est très souvent bondée par les locaux qui utilisent ce moyen de transport pour leur déplacement quotidien à l’intérieur de la capitale, Colombo, ou à l’extérieur. Un billet peut coûter 1$.

IMG_3386 IMG_3409

La nourriture
Le bruit est aussi dans la nourriture! Au Sri Lanka, les plats traditionnels sont servis en fonction d’un horaire précis. Pour le petit déjeuner, les string hoppers et egg hoppers sont au menu. Pour le lunch, c’est le rice & curry et le soir, les string hoppers et hoppers sont à nouveau offerts ainsi que le Kottu. Il est facile de savoir où se procurer un kottu par le bruit des lames de deux couteaux qui hachent rapidement et finement le pain (genre de pain naan plus fin), les légumes, l’oeuf ou le poulet qui composent ce mélange. Parmi les autres plats typiques, il y a les rôtis. Une genre de crêpe remplie des ingrédients de son choix. Les portions sont énormes et la nourriture est épicée.

Roti avec légumes et oeuf Egg hoppers and un peu de légumes!

Carbs! Street snacks!

Un authentique rice & curry est servi avec une montagne de riz au centre et plusieurs condiments pour l’accompagner. Le dhal est omniprésent, avec différents mélange de légumes, chutney à la mangue, sauce épicée à base de coconut râpé, etc. Le rice & curry se mange avec la main droite, comme m’a appris un chauffeur de tuk tuk peu de temps après mon arrivée. Un beau moment je dois dire – malgré que je me sentais tellement observée! Le goût est différent et amplifié. L’idée est de mettre un peu de chaque condiment avec le riz, mélanger le tout en faisant une boule que l’on prend avec les quatre doigts. C’est le pouce qui pousse la boule de nourriture vers la bouche. Le truc est donc dans le pouce! Quand j’ai compris ça, ça été un peu plus facile!

IMG_3275

Parmi d’autres surprises
J’ai été étonnée de voir que les Sri Lankais achètent beaucoup de billets de loterie. Dans la rue, à la gare, partout il y a des hommes qui vendent des billets étalés sur une planche de bois. Tout le monde semble en acheter. Là encore, le vendeur crie qu’il vend (peut-être les meilleurs?) billets de loterie.

La propreté m’a aussi agréablement surprise. Que ce soit dans la grande capitale ou ailleurs, les gens balaient toujours l’entrée de leur commerce et maison. Le bruit du balai qui nettoie l’entrée de la maison et du commerce le matin est un autre bruit classique. Les plages visitées étaient propres. J’ai seulement visité deux plages, Mirissa et Unawatuna. La deuxième est vite devenue mon refuge préféré pour passer mes weekends à l’extérieur de la chaleur écrasante de Colombo.

Plage de Mirissa

Unawatuna

Parmi mes autres coups de coeur

  • L’ascension de la montagne sacrée Adam’s Peak, un lieu de pèlerinage qui demande de monter 5200 marches! J’ai adoré voir les personnes âgées s’entraider en se tenant la main. J’ai été stupéfaite d’apprendre que les gens qui travaillent dans les échoppes le long du chemin vers le sommet logent sur place pendant six mois et redescendent uniquement quand la saison est terminée. D’apprendre aussi sur la main d’oeuvre qui est recrutée pour monter les vivres nécessaires qui sont vendus ou nécessaires pour cuisiner. Un travail exigent qui n’est pas nécessairement exécuté par les plus jeunes. La vue du sommet au levée du soleil est la plus spectaculaire que j’ai vue au pays!

Paysage magique du haut de Adam's Peak

Du haut de Adam's Peak

Oui, sommet de Adam's Peak atteint!

La vue est encore plus spectaculaire à la descente!     Des gens de tous les âges font l'ascension avec un bel esprit d'entraide!

  • Pettah Market: un vibrant carrefour où de nombreux marchands arabes et tamouls vendent de tout à travers un beau mélange de cultures. Coup de coeur pour cette mosquée appelée Candy Cane.

Photo parfaite devant la Candy-Cane mosque au Marché Pettah Genre d'endroit où je pourrais m'asseoir et regarder les gens pendant des heures! Pettah Market

  • Galle Face Green pour les couchers de soleil

IMG_3468 IMG_3469

  • S’offrir un 5 à7 sur le toit d’un hôtel pour voir la ville autrement.

IMG_3845 IMG_3548

  • Le fameux « headshake » que les sri lankais (et indiens) utilisent constamment et qui a mille et une significations. D’un oui hésitant, d’un oui mais j’ai envie de dire non, d’un oui je te trouve cute, d’un oui je ne comprends pas… Je me suis surprise à bouger ma tête de la même façon à la fin de mon séjour!

Spiritualité
Le pays est majoritairement bouddhiste (70%). Les jours de pleine lune sont des jours fériés. Il y a beaucoup de temples avec les pagodas blanches un peu partout. Les gens qui s’y rendent pour prier sont généralement habillés en blanc.

Pagoda dans un temple bouddhiste

Important jour de pleine lune au temple

J’ai visité quelques temples, mais je dois dire que je n’ai pas ressenti de fortes vibrations spirituelles dans le pays. Le contexte était autre. Il y a eu par contre un moment où un homme de Kandy m’a expliqué un rituel que j’ai beaucoup aimé. Dans les temples, il y a toujours un magnifique arbre d’éveil au centre. Les gens prennent un petit sceau d’eau, le remplissent pour ensuite marcher autour de l’arbre en tenant le sceau dans leurs mains. C’est le moment de lancer ses intentions. Un peu d’eau est versé à chaque tour et à la fin, le reste de l’eau est versé dans un endroit précis pour arroser l’arbre. L’eau qui nourrit l’arbre devient en quelque sorte bénie par les souhaits que tous les gens ont formulés en venant prier. J’adore!

Sacré bol d'eau rempli de magnifiques intentions pour ma grand-maman et mes proches

Arbre sacré dans un temple bouddhiste

Mon séjour au Sri Lanka aura été un séjour de découverte et d’apprentissage où la spiritualité m’a toutefois manquée. Maintenant que je me retrouve à Kuala Lumpur, je réalise encore plus que le Sri Lanka m’a touché et m’a plu, même si ça été sur le tard!

J’ai envie plus que jamais de me retrouver dans un environnement énergiquement spirituel… Plusieurs voyageurs m’ont encouragé de poursuivre ma route vers le Myanmar. J’ai pris ça comme un signe. Dans quelques jours je m’envole vers ce pays fascinant avec ses milliers de moines et de temples. J’y serai pendant les festivités encourant leur Nouvel An. J’ai très hâte de vous en parler!

IMG_3414

Bonheur et sérénité,
Nathalie

Related Posts

  • Kim Fontaine

    Bonne continuité très chère… vers le Myanmar en plus! Wow!

    Ton billet me fait beaucoup pensé à l’Inde. Ayant visité l’Inde avant le Sri Lanka, mon  »choc » avait été beaucoup  »moins pire ». En fait, j’avais presque été déçue, haha! Je m’ennuyais de l’Inde. Ça manquait d’intensité! 😉

    En te lisant, je trouve ça encore plus fascinant à quel point, on fini par aimé ces endroits, ce qu’ils nous procurent sur le long terme! C’est un sentiment auquel, nous ne sommes pas habitués.

    Toujours un plaisir de te lire!
    Pis je m’ennuie de toi 🙂
    xxx

    • http://www.rayofnath.com Nathalie

      Allo chère Kim! Oui, j’ai failli en parler du fameux passage de l’Inde au Sri Lanka puisque bien des gens rencontrés me disaient: ah, mais si tu étais en Inde c’est encore plus intense…! Ou l’inverse, des gens disaient ne pas vouloir imaginer comment c’est en Inde… Mais, oui, c’est fou comment l’humain (voyageur) s’adapte!

      Tout à fait! Je me rends compte que j’aime beaucoup voyager, mais j’adore par dessus tout m’établir dans le même pays sur un moyen terme. Développer mes habitudes, avoir cette aisance avec le fonctionnement du pays, son argent, les déplacements, etc.. et ne pas faire trop touriste!

      Merci Kim! Belle continuation dans tes projets inspirants et prometteurs. J’avoue que j’irais bien prendre un thé pour jaser avec toi au cours de la semaine.. à Mandalay ou Bangan, ça te dit:)!! xx