Un autre village de l'Himalaya, Nepal

Une pensée pour ma grand-maman du haut des montagnes de l’Himalaya

Un article qui s’est fait attendre

J’y ai bien pensé. La série d’articles sur le Népal publiés à la fin de l’année dernière aurait été incomplète sans l’histoire de ma courte randonnée dans les majestueuses montagnes de l’Himalaya.

Randonnée dans l'Himalaya, Népal
Début de notre randonnée

 

Quand j’ai entamé l’écriture de cet article en décembre dernier, mon idée était de trouver une façon de transposer le silence des montagnes qui m’a cajolé, envoûté, pénétré. Ce pouvoir qu’ont les montagnes de nous ramener au seul endroit où il fait bon être: dans le moment présent. 

Entre temps, un autre silence s’est imposé, celui de mon ordinateur qui est tombé en panne au moment d’écrire ce texte. Deux mois se sont écoulés depuis. Pendant ce temps, mon coeur s’est mis à s’embrouiller par ma tête remplie d’angoisse. J’ai fait plusieurs tours en montagnes russes et autres manèges qui m’ont bien étourdi. Une période qui m’a éloigné de ma plume de paon et déconnecté de mon calme intérieur. Ce n’était pas le moment d’écrire sur le silence des montagnes que je n’étais plus en mesure d’entendre ni de ressentir.

Je serais bien retournée dans l’Himalaya comme une ermite à méditer, à contempler, à libérer ce qui me tourmentait et laisser toute la place au bien-être que procure à lui seul le fait d’être en montagnes.

Himalaya, Nepal

Premier anniversaire du décès de ma grand-maman

Au lieu, mon refuge en montagne a été le premier anniversaire du décès de ma très chère grand-maman. Elle m’a redonné un sentiment de paix, d’amour et de bien-être.

 

Au moment de dire au revoir à ma grand-maman avant de quitter le Canada en 2015.
Au moment de dire au revoir à ma grand-maman avant de quitter le Canada en 2015.

 

J’étais au Sri Lanka quand elle a livré son dernier souffle. Il m’arrive encore de relire le touchant hommage que je lui avais écrit à chaud pendant une panne de courant. Je me rappelle encore de l’intensité avec laquelle j’avais été en mesure d’enchaîner mes mots. Depuis, je parle très souvent d’elle puisque que je sens qu’elle m’accompagne. Le plus fort de sa présence, je l’ai sentie dans ce lieu divin qu’est l’Himalaya népalais.

Je souhaitais me reconnecter au silence des montagnes pour reprendre la rédaction de cet article, et bien ce jour hautement émotif et symbolique m’a permis de le faire. Grand-maman, je vous suis tellement reconnaissante pour votre présence si réconfortante dans mes rêves et dans des lieux sacrés. Vous semblez venir particulièrement dans mes moments d’insécurités comme pour m’enlacer et me dire de ne pas m’inquiéter, que tout va bien aller.  Une grand-maman angélique. Qui sait tout. Qui voit tout. Merci de remplir mon coeur de votre foi. Demeurez en paix et près de nous.

 

Cérémonial de fleurs en son honneur au Sri Lanka
Fleurs déposées en son honneur au Sri Lanka

 

L’Himalaya
La demeure des dieux et des neiges éternelles

Les quatorze plus hauts sommets du monde, ceux qui excèdent 8000 mètres, sont tous situés dans l’Himalaya, la plus importante chaîne de montagnes sur la Terre, et dans le Karakoam (un massif à la frontière du Pakistan, de l’Inde et de la Chine). Le Népal est bien fier de compter huit de ces majestueuses montagnes sur son territoire. (ref.)

Hima-laya sont deux mots en sanskrit qui, mis ensemble, signifient “la demeure des neiges éternelles”. Les habitants de l’Himalaya croient que les dieux y vivent. Depuis toujours, hindous, bouddhistes et ascètes partent en pèlerinage dans ces montagnes sacrées pour méditer et y trouver la libération, l’éveil. Et nous, pour y faire le vide ou le plein, c’est selon.

Voici le Machapuchare (6993m), mieux connu sous le nom Fishtail en raison de la forme de son sommet. Cette montagne de l’Annapurna dans l’Himalaya est vénérée par les Népalais qui croient que le dieu hindou Shiva y réside. Il est donc interdit de l’escalader.

Machhapuchare - Fishtail -Annapurna, Népal

Entre ciel et terre, un refuge

La montagne est vue comme un point de jonction entre le ciel et la terre. Un lieu où les divinités descendent pour rejoindre l’homme qui monte à leur rencontre. Une montée physique qui englobe une ascension spirituelle. Plus nous montons vers le sommet, plus le paysage s’élargit et meilleure est la vue d’ensemble. Marcher en montagnes c’est comme méditer. L’exercice nous demande de monter au sommet de notre montagne intérieure pour avoir une meilleure connaissance de soi. Pour trouver refuge et faire émerger ce qu’il y a de meilleur en nous. Pour briller.

 

Enveloppant lever du soleil

 

Trois petits jours en montagnes

Ma balade en montagnes, je l’ai fait avec deux complices, mon amie Gurutze et Shiva, un guide local et ami.

 

Le trio de l'Himalaya
Le trio de l’Himalaya, Gurutze, Shiva et moi

 

Gurutze, vous vous rappelez peut-être, je l’avais rencontrée dans une retraite de yoga et de méditation au Cambodge.

Shiva, ce jeune népalais est passionné des montagnes. Déjà, quelqu’un qui porte le prénom de Shiva, l’important dieu hindou créateur du yoga et père de Ganesha, est, à mes yeux, une personne forte et inspirante à côtoyer.

Il est né dans les montagnes et il est fait pour y vivre. Shiva a commencé en 2006 comme porteur en transportant les sacs des randonneurs attachés sur son dos et soutenus par la force de sa tête. Deux ans plus tard, il est devenu guide. Depuis, il connait toutes les montagnes de son pays, leur altitude, les circuits et il en parle avec un tel pétillement dans ses yeux! Comme il me disait, “Ici, je ne pense à rien, je me sens si bien.”

Temps des récoltes, vin de millet et beurre frais

Notre première nuit nous l’avons passée chez l’habitant avec les poules, chèvres et buffalo en pleine saison des récoltes de riz et de millet.

 

Grunze avec des poules et chèvre de la maison, Himalaya, Nepal
Gurutze en bonne compagnie

 

Un vin est fabriqué à partir du millet qui est écrasé. Vin que nous avons bien sûr dégusté en soirée après un autre copieux dal bhat, le plat national qui consiste à une montagne de riz avec une soupe de lentilles et un assortiment de légumes du moment.

 

Confection du vin de millet dans un village de l'Himalaya, Nepal
Confection du vin de millet dans un village de l’Himalaya

 

Le lendemain matin, mon plus beau moment a été de regarder la maman fabriquer le beurre à partir du lait fraîchement tiré. Un silence et une odeur salée remplissait la cuisine illuminée par les premiers rayons du soleil de la journée. J’ai aussitôt pensé à ma grand-maman me demandant si elle utilisait la même technique quand elle était gamine.

 

Confection du beurre
Confection du beurre

 

Malgré le très peu d’interaction avec la famille hôte, de se glisser dans leur quotidien perché dans un décor enchanteur où il n’y a absolument rien d’autre à faire que d’observer, contempler et boire le thé a été une étape enrichissante. Le genre d’endroit où il fait bon laisser place au silence qui est tout sauf inconfortable.
Village de l'Himalaya, Nepal

 Un sage proverbe arabe dit: “Only speak if what you say is more beautiful than silence”

 

À contempler la pleine lune dans un village de l'Himalaya, Nepal

 

Magnifique et intense dernière journée

Les plus beaux paysages se sont dévoilés à notre troisième jour de balade en route vers le village de Pothana qui est en fait le point de départ pour les randonneurs qui font le fameux circuit du camp de base de l’Annapurna (ABC Camp).

 

Un autre village de l'Himalaya, Nepal

 

Nous étions seulement à environ 1900m d’altitude et déjà l’horizon était magnifique. J’y serais bien restée quelque temps. L’énergie qui y régnait m’a captivée. J’ai même demandé mi-blague à la proprio du guesthouse si elle avait besoin d’une nouvelle employée. Elle m’a dit spontanément, Oui!, tu peux rester avec moi…

Ce dernier jour, quelque chose s’est produit. Cet air frais qui contraste tellement avec l’air de la ville, cette énergie divine, ces paysages dont il est difficile de baisser les yeux ont déclenché une petite avalanche de cailloux restés coincés à l’intérieur de mon être, au creux de ma gorge.

Pourquoi avais-je soudainement envie de pleurer? Au même moment, j’ai senti la présence de ma grand-maman qui m’entourait. Cet endroit mystique et magique souhaitait exercer son pouvoir guérisseur sur moi avant que je ne parte. En fait, ça été le thème de mon mois au Népal. Dépoussiérer et nettoyer des parts d’ombre pour mieux briller.

 

Magnifique lever de soleil dans l'Himalaya

 

Trois petits jours qui ont hypnotisé tous mes sens
  • À écouter le silence.
  • À respirer à fond.
  • À trop manger.
  • À rire.
  • À danser sur de la musique indienne bollywood.
  • À me sentir si bien et si petite à la fois.
  • À pleurer.
  • À comprendre pourquoi les Népalais croient que les Dieux vivent dans l’Himalaya.

Ces paysages ont été les plus beaux que j’ai vus à ce jour avec ceux du Maroc.

Et vous, quel effet ont les montagnes sur votre énergie?

Bonheur et sérénité,

Nathalie

 

Related Posts

  • Kim Fontaine

    C’est beau, très touchant! <3 J'ai tellement de te revoir belle Nathalie! xxxx

    • http://www.rayofnath.com Nathalie

      Merci chère Kim! Comme tu le sais bien, il y a de ces textes qui sont plus difficiles à sortir mais qui font tellement de bien de voir à l’écran! Encore plus quand je lis que les gens ont été touchés. Je suis curieuse de savoir quand seront nos retrouvailles:) Gros hug!

  • Marie-Josée Gagnon

    Ah! Qu’elles sont magnifiques ces montagnes. Assise dans la jungle en Thailande, en lisant ton article, j’ai la tête qui se retrouve à nouveaux dans ces sommets enneigés. Écouter le silence, respirer à fond, se sentir bien, rire, manger du dal/bhat cuisiné avec amour… Un bonheur tellement simple et intense se cache dans ces montagnes. J’ai pensé y rester moi aussi… Une petite maison, un jardin, un bar à jus pour les randonneurs… 🙂

    • http://www.rayofnath.com Nathalie

      Si tu as besoin d’un coup de mains pour le bar à jus, fais-moi signe! Et on pourrait y ajouter une petite pièce pour organiser des méditations… plein d’idées et de possibilités!