Peur, superstition et traditions

Joyeuse Halloween!

Je vous en parle depuis le début, les Balinais sont très traditionnels et j’ajouterais même, superstitieux. Pour eux, les histoires de fantômes ne sont pas racontées le jour de l’Halloween qui, en passant, n’est pas célébrée par les locaux, elles font partie de leur quotidien.

Statut

Bali est une île, mais l’eau y est redoutée puisque les gens croient que les mauvais esprits y habitent, tandis que les bons esprits prendraient plutôt refuge dans les montagnes. Le plus haut point de l’île, le volcan Gurung Agung, est la montagne la plus sacrée de Bali. Tout dans leurs croyances et leurs façons d’agir repose sur le maintien d’une harmonie spirituelle entre les forces du bien et du mal.

Scary grafiti

Le côté obscur de Bali
En lisant la chronique Greenspeak de l’auteure Ibu Kat (Cat Wheeler) dans le Bali Advertiser, j’ai été complètement intriguée d’apprendre que les Balinais croient qu’il existe plusieurs formes de mauvais esprits sur l’île.  Les croyances vont de l’apparition de visages fantomatiques, aux objets qui bougent, aux maisons ou arbres qui prennent subitement en feu, aux hommes qui pratiquent la magie noire pour se transformer en étranges créatures le soir, aux esprits qui prennent des traits d’humains le jour, aux sorts, …

Grafiti

Le genre d’histoires auxquelles je m’efforce de ne pas penser quand je rentre seule à la maison le soir dans la plus grande obscurité en essayant de passer incognito auprès des chiens errants – qui font peur – et qui traînent un peu partout dans les rues désertées.

“Such dogs were undoubtedly provided by the gods to keep Bali from perfection.”, lu dans le magnifique ouvrage de Miguel Covarrubias, Island of Bali, écrit en 1937.

Une croissance qui dérange
Mais au-delà des étranges histoires racontées, c’est l’explication derrière ces apparitions qui m’a surtout interpelée. Bali fait face à une expansion sans borne – surtout dans le Sud et dans la région d’Ubud. J’ai lu dans le même journal que plus de 1000 hectares de terres agricoles sont détruites chaque année pour construire des villas, des hôtels, des commerces et des routes pour répondre à l’afflux toujours grandissant du tourisme sur l’île. Cette croissance dérange. Des affiches “NOT FOR SALE” apparaissent dans les rizières, toutefois elles demeurent peu nombreuses comparativement aux affiches “Land for rent”. J’ai vu quelqu’un avec un t-shirt “Bali not for sale” qui m’a dit: “It’s already too late!”

Les villas et les hôtels qui appartiennent aux étrangers ne sont pas toujours construits en tenant compte des croyances locales. Selon les coutumes, une cérémonie doit être organisée avant le début des travaux pour s’excuser auprès des esprits qui y habitent en leur demandant bien vouloir se déplacer. D’autres cérémonies doivent aussi prendre place avant l’ouverture des lieux pour s’assurer que les esprits ne viendront pas déranger les nouveaux propriétaires et les invités.

Cérémonie pour l'ouverture d'une nouvelle maison d'hôte

Deux calendriers – deux anniversaires!
Les dates de ces cérémonies sont déterminées par les prêtres à travers différents rites ancestraux. Les Balinais doivent consulter leur prêtre pour connaître les “jours chanceux” pour tenir leur cérémonie que ce soit pour célébrer un mariage, une incinération, l’occupation d’une nouvelle maison/hôtel. Deux calendriers sont utilisés parallèlement à Bali. Un calendrier hindu balinais qui compte 210 jours, divisé en dix semaines et un calendrier hindu lunaire, similaire au nôtre, divisé en douze lunes (mois). Les Balinais fêtent deux fois leur anniversaire dans l’année!

Les locaux croient que toute cette construction qui se fait sur l’île sans respecter les ancêtres propriétaires de ces terres serait en train de créer un déséquilibre dans le monde spirituel. Les esprits sont entassés, délogés, des arbres millénaires sont coupés, des cours d’eau sont pollués de déchets. Nous prenons leur espace. Ça fait peur et ça dérange les esprits comme les Balinais.

Danses envoûtantes
Ces histoires de bons et de mauvais esprits ne sont pas seulement racontées dans les journaux ou par les locaux, elle font partie intégrante des légendes balinaises perpétuées à travers différentes formes d’arts dont Ubud est le centre culturel.

Palais d'Ubud

Il existe plusieurs types de danses traditionnelles toutes présentées à ciel ouvert chaque soir dans les temples à Ubud. Les plus connues:

  • Kecak : imaginez une chorale de 50 à 70 hommes qui chantent a cappella “cak-cak” dans un état de transe pendant plus d’une heure. Voici un extrait tourné à Borobudur (île de Java) tiré du magnifique documentaire Baraka.
  • Legong: la danse la plus gracieuse interprétée par de jeunes filles habillées comme des princesses qui bougent chaque partie de leur corps, incluant les yeux, au rythme de la musique traditionnelle, le gamelan. Voici un extrait tiré du tout aussi magnifique documentaire Samsara (la suite de Baraka) où l’on voit très bien la gestuelle des danseuses. La musique n’est toutefois pas celle du Legong. 

Danse traditionnelle de Legong

  • Barong : l’une des plus sacrée, elle raconte la bataille entre les forces du bien et du mal. Barong étant le roi des bons esprits, ennemi de la sorcière Randga, reine des sorcières. Le Barong est une étrange créature personnifiée par deux hommes qui l’a font bouger au son des percussions.

Danse du Barong

Encore aujourd’hui, le Barong est considéré comme un protecteur magique dans les villages. Lors des journées désignées, l’étrange bête passe de porte en porte pour nettoyer le territoire des influences des mauvais esprits du village.

Tous les masques sont considérés sacrés. Celui du Barong compte 40 couches de peintures naturelles (fait notamment à partir du pigment de plantes), feuilles d’or, bijoux, miroirs et pièces de monnaie. Le sculpteur prend environ un mois à le fabriquer pour ensuite le confier à un prêtre qui va le purifier et organiser un rituel invoquant les esprits à donner toute leur puissance au masque.

Mythologie, superstition, tradition… pour ma part, c’est ce qui fait la magie de Bali et y habiter c’est se laisser bercer par ces légendes et les respecter.

PS: Prochain article: Qu’est-ce qu’on mange à Bali?! Un aperçu avec ce dessert typique très bon – sans colorants artificiels – qui fait un peu Halloween n’est-ce pas!

Desserts balinais

Bonheur et sérénité,
Nathalie

Related Posts